Don d’organe. Si vous avez bon cœur, on le veut bien.

Publié: 29 août 2008 dans Anciens billets

Si j’étais un peu moins pantouflard, que je joignais plus vite le geste à la parole et surtout que je me posais moins de questions, j’aurais déjà ma carte de donneur d’organes. Si ma mort peut sauver des vies… (Faites péter les violons)

 

Alors voilà, avec ça, si je me fais décalquer la gueule sur mon volant par un quinze tonnes lancé à plein régime à contresens sur l’autoroute des vacances par un routier beurré, où si un lecteur de ce blog fait jouer ses relations avec la mafia pakistanaise pour obtenir mon nom et mon adresse et vient me balancer par la fenêtre de la plus haute tour de mon modeste logis, mon corps serait donné à la médecine pour qu’elle y prélève mes organes en vue d’éventuelles transplantations. Elle récupérerait dans l’affaire un cœur de granit, une paire de poumons tout noirs, une éponge, le rein que je n’ai pas vendu pour boire, un estomac rempli de chair humaine, une rate qui se dilate, un gésier anémié et un cerveau qui, donné à la science, lui ferait faire un putain de bond en arrière. Le reste serait mis avec les os et un bouquet garni dans un grand sac de jute, rendu aux miens et mon frère cadet Pietro prendrait les rennes du pouvoir et deviendrait le nouveau Capo de la Famille.

 

Mais une question me taraude quand-même : a qui il va être donné, mon organe à moi ? Je pose un cas de figure : si Daniel Vasella ou Christoph Blocher s’écrase sur son héliport et s’envoie le groin dans le tableau de bord pour finir avec le manche à balai dans la pompe aortique et une pale dans le c**, et qu’au même moment le petit Rachid, quatorze ans, se prend une lame d’un sympathisant UDC dans le canal cardiovasculaire, dans quelle poitrine il ira battre mon petit cœur ? Je rappelle que je peux pas choisir, je suis déjà froid et il est probable que cela ait suffi à me fermer le museau. Alors ?

 

En fait, je ne suis pas certain que la beauté du geste de donneur d’organe puisse transcender la pompe à fric qui régit notre société.  Et honnêtement, suivant la réponse à cette question, si discrimination il y a, autant pas mourir du tout et garder mon coeur !

 

Publicités
commentaires
  1. Le Passant dit :

    C’est intéressant comme remarque. Proposons aux responsables des dons d’organes de faire remplire une fiche au préalable avec les mentions suivantes :

    – La liste des gens à qui l’on exclu de donner notre organe. Celà pouvant être une personne nominativement où quelque chose de moins restrictif comme une ethnie (Bhein oui, il y a aussi des membres de l’UDC qui sont donneur d’organe) ou une race (Genre être humain).

    – La liste des gens à qui l’on donnerait notre organe en priorité (Bubulle mon poisson rouge).

    – Les restrictions d’usages (Interdictions de fumers avec mes poumons où utilisation de mon coeur avec compassion seulement).

    – Préférence quand au spécificité de notre receveur. âge, taille, loisir, orientation politique, etc… (Par exemple : Blonde à forte poitrine pratiquant le macramé).

    – Détail quand à la transplantation (Nom du praticien mais aussi musique à diffuser pendant l’opération, présence de membres de la famille ou d’amis souhaités, couleurs des draps, etc…).

    Ah comme le don d’organe serait une belle chose. Mais malheureusement jamais ça ne se fera. Et vous savez sous quel prétexte ? Paraîtrait qu’il n’y a pas assez de donneur et qu’une procédure trop complexe ferait fuir le peu qu’il y en a.
    Moi je dis que c’est n’importe quoi. C’est juste Blocher qui fait pression, de peur de ne jamais recevoir d’organes.

  2. labo80 dit :

    En fait, c’est un peu une question sans bonne réponse. Résoudre le problème que je pose ne se fera pas sans une autre forme de discrimination, insidieuse aussi ; va expliquer au riche qu’on va plutôt sauver un pauvre !

    Personnellement, je me vois pas écrire « UDC » (ou quoi que ce soit d’autre) sous « liste des gens à ne pas sauver avec mon petit coeur », ça serait bête et méchant, j’aime pas ce parti mais là on se situe totalement hors du contexte politique, on parle d’individualités !

    C’était un peu un coup de pied dans la fourmilière, en somme… Muhaha ! Mais le plus logique dans ce cas serait bel et bien de procéder à une sélection selon le porte-monnaie et de faire en sorte que ça ne s’ébruite pas, à ce moment-là autant sauver personne ! Tudieu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s