Momo RPG

Publié: 30 septembre 2008 dans Anciens billets

 Je sais pas si t’as déjà eu l’occasion d’entrer dans un cybercafé essentiellement orienté MMORPG, mais c’est enrichissant. En franchissant la porte, tu vois un certain nombre d’ados qui tournent la tête vers toi comme un seul homme et, l’espace d’une seconde, te dévisagent en silence avant de retourner à leurs occupations. Ça rappelle un peu le saloon, donc, mais sans le tord-boyaux, le piano, les colts et le type qui joue de l’harmonica dans le fond. Tout ça, tu remplaces par une série de mômes engoncés dans des fauteuils en skaï trop grands pour eux, parfaitement immobiles sauf leurs mains qui courent avec virtuosité de la souris au clavier et dont les voix éraillées s’élèvent sporadiquement, tantôt en chapelet d’injures, tantôt en exclamations enjouées. Bienvenue dans l’univers du jeu en ligne.

 

Pour les profanes, MMORPG, ça veut dire « Multi Massive Online Role Playing Game », ou un truc du même tonneau, en français « jeu de rôle en ligne massivement multijoueur ». En substance, c’est un jeu de rôle sur ordinateur auquel des milliers, voire des millions, de personnes jouent en même temps. Donc on peut imaginer un monde où il est impossible de faire deux pas sans bousculer un archimage réputé, un paladin bourrin ou un gros barbare, un monde où à moins de trente mètre d’une mégapole se trouvent des grottes remplies à raz la gueule de gobelins et dont un cimetière est inconcevable sans horde de zombies.

 

On a déjà dit beaucoup de mal du MMORPG, notamment à cause de sa propension à engloutir les joueurs qui disparaissent de la vie de leurs proches ; qui n’a pas perdu en tous cas un ami, absorbé par la trame éthérée d’un monde moins que réel ? Et qui n’a pas entendu ces histoires sordides de joueurs morts d’inanition à force de rester scotchés à l’écran, sans dormir ni manger ? Et qui ne s’est pas dit que, franchement, c’est quand même un peu la honte de mourir comme ça, même que tu dois pas trop savoir quoi dire au bon Dieu quand t’arrives devant lui ?

 

Alors si je viens sur cet édifiant sujet, c’est parce que ces jours est sorti un jeu qui aurait pu m’intéresser : Warhammer Online. Sans entrer dans les détails, Warhammer est un jeu de figurines qui m’a passionné quand j’étais ado. Bien que scandaleusement pompé sur les idées de Tolkien ou de Chrétien de Troyes, entre autres, le monde, sombre et médiéval, était bien fichu, riche et très complet. Et par bien des aspects, retrouver cet univers sous forme virtuelle et fouler les terres qui m’ont naguère tant fait rêver pourrait m’intéresser. Pourquoi je m’y essaie pas alors ?

 

Et bien essentiellement pour préserver cette perfection qui règne en maître dans mon imagination ; les souvenirs sont biens, mais c’est tout ce qu’ils sont. Et parfois, les choses du passé gagnent à rester au passé. Parce que retrouver le mythique Vieux Monde sur ordinateur, ça sera à coup sûr constater des détails rageants, notamment qu’il y a sans doutes plus d’aventuriers que de roturiers ou de paysans, qu’on traverse deux nations supposément immenses en une heure de cheval ou encore qu’on y trouve beaucoup plus facilement une épée runique, magique et maléfique qu’une livre de farine de millet.

 

Mais surtout, c’est pour préserver l’identité culturelle des êtres imaginaires qui peuplent ce monde fictif ; un monde sombre, corrompu et inquiétant dont j’imagine aisément, dans son pendant virtuel, le niveau des conversations entre, par exemple, des seigneurs maléfiques craints et respectés. Conversations qui doivent ressembler à peu près à ça :

Seigneur Garkain : « C’kon leur a mi, tro tro lol, izon pas fé un pli kan on a razé le chato !!!!!!!!!!! »

Dark-Mordrim : « Cé vré, moa ya un palad1 ki ma Dfié, g lui ai tro PT sa race et il a tro pleuré sa mère, mdr !!!!!!!!!! »

Gohorr-sombre-hache : « Bon alé, GV me couché, 2main y a TE et ma reum L me fé iéch, a+ les ga, lollllll Kissssss, A12C4 !!!!! »

 

Publicités
commentaires
  1. Le Passant dit :

    Oui. L’univers à beau changer, la recette elle reste toujours la même :

    Des classes de personnages sur-spécialisées. (A quand un jeu qui ne serait pas peuplé que de monomaniaque ?).

    Des niveaux de personnages qu’on peut augmenter à l’infini, question de fidéliser le larron.

    Des trésors toujours plus puissant que ça finit par ne plus rien vouloir dire, mais faut bien aguicher le chaland.

    Des monstres toujours plus puissant qu’ils en deviennent ridicules avec leur nom à rallonge (le roi-sorcier-dragon-liche-géant niveau 67).

    Alors comme ont dit : C’est dans les vieilles marmittes qu’on fait les meilleurs soupes.

    N’empêche que je ne peux m’empêcher de trouver ça dommage. Lorsqu’on m’avait parlé pour la première fois des MMORPG je m’étais pris à rêver à autre chose que ce produit marketing qu’on nous sert à toute les sauces. Du coup je laisse ce plat fade aux victimes de notre société de consommation, et je continue de rêver…

  2. labo80 dit :

    Bonne recette, je fais la même chose (les plus beaux voyages sont ceux dont on rêve) ! Je pense que c’était inévitable, si tu dois intéresser des dizaines de milliers de joueurs, faut pas trop tabler sur la subtilité. Mais c’est vrai qu’initialement, le concept pouvait paraître intéressant, quoique prédestiné à mal tourner. Et c’est quand-même un jeu auquel tu paies pour jouer, pas seulement pour l’acheter, mois par mois, c’est vraiment la poule aux oeufs d’or ! Pour « World of Warcraft », il y a six millions de joueurs dans le monde qui paient chacun une dizaine de francs par mois, le calcul est vite fait !

    Par contre y aurait de quoi faire des parodies assez sympa, c’est des mondes tournant uniquement autour des aventuriers, ça serait assez fendard d’en analyser l’économie de marché, par exemple…

  3. Le singe dit :

    WoW est une magnifique invention pour tuer le temps, pour les jours où il neige, vente, pleut etc.

    Perso je m’y suis mis il y a un mois (m…! Il va falloir que je file 15 balles à c’te bande de rats!) et je dois dire que j’ai croché, tant sur le « level-design » que sur l’ambiance. Et je suis heureux de pouvoir vous dire que je ne suis pas devenu hyper dépendant (du moins pas de Warcraft…) et que je gère très bien la chose (6 heures par semaine maximum).

    Venez boire une mousse du côté de Forgefer, c’est la fête de la bière ces jours-ci (enfin, je crois que ça c’est fini ce week-end). On ira ensuite faire un tour du côté de la marche de l’Ouest chasser des Broche-trippe! C’est délicieux en tarte…

    P.-S.: WoW ne devrait pas te poser de problème Labo question imagination vu qu’il n’a jamais existé autrement que « numériquement » (sauf erreur). Et concernant Warhammer, il faut passer son chemin paraît-il, ça ne vaut pas Warcraft…

    J’ajouterais encore qu’il n’y a pas 6 millions mais près de 10 millions de joueurs actuellement sur WoW. Cela rapporte env. 150 millions de dollars mensuellement. Quand on sait que les coûts de maintenance et de personnel n’ont pas dépasser 200 millions de dollars sur 4 ans, je confirme : c’est vraiment la poule aux oeufs d’or (quoiqu’on pourrait dire « les poules » car à ce niveau, une seule ne suffit plus, il en faut un poulailler complet!).

    Et pour la parodie, recherche « South park warcraft » dans Google, clique ensuite sur « South Park-WoW » dans les résultats et tu trouveras un épisode assez sympa…

  4. labo80 dit :

    On m’a parlé du South Park warcraft, je vais y faire un saut, en effet !

    Pour la bibine, je préfère la boire pour de vrai, tuer des méchants virtuels, tant que tu veux, mais les bières, pour les savourer, faut qu’elles soient réelles et pétillantes, tabernacle ! Typiquement, là, je suis un peu pompette, c’était avec des vraies !

    Et pour tuer le temps je préfère jouer tout seul comme un vrai geek, pas online, rien ne vaut un bon F.E.A.R., c’est absolument terrifiant et d’un jouissif absolu.

    Toutefois, je suis sûr que pour qui sait gérer la chose, un MMO ne sera jamais le fléau anti-social qu’il est pour tant d’autres. Rien n’existera jamais qui puisse te couper de tes vrais potes et des inoubliables soirées qu’on passe ensemble à refaire le monde !

    Alors à la prochaine autour d’une vraie mousse ! Et passe voir ce FEAR à l’occase !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s