Jours creux

Publié: 11 décembre 2008 dans Anciens billets

Question pertinente : comment meubler une journée de travail durant laquelle on n’a rien à faire ? En effet, à l’heure où j’écris ces lignes, l’ennui s’est abattu sur tout le bureau comme une lourde chape d’apathie et l’on cherche bien entendu à s’occuper intelligemment. Ou pas. (Là n’est pas la question). C’est paradoxal, mais dans mon boulot, sans entrer dans les détails balourds, plus la période est stressante, moins on a de travail. Les gens ont d’autres chats à fouetter et avant janvier ça va être très tranquille. Bref.

 

Evidemment, le mieux c’est encore de bosser. Le temps passe plus vite et on se sent un peu moins inutile. Alors on peaufine les détails, vérifie, classe, range, revérifie puis, lorsque vraiment on sèche, on finit par se tourner vers les supérieurs qui, eux, sont complètement à la bourre et geignent – par principe – sur le stress de fin d’année. « Nous on glande là, on peut pas vous aider ? » « Ah mais non, surtout pas, et puis il n’y a jamais rien à faire, qui veut peut, un peu de bonne volonté » etc. Seulement ils sont bien gentils, mais on ne va pas faire les papiers peints non plus.

 

Donc voilà, ça zone. Chacun s’occupe comme il peut : une jeune collègue écume les sites Internet à la recherche de séries télé qu’elle regarde probablement pour la quinzième fois. Une autre, pourtant zélée à fond les ballons, écrit ses cartes de vœux (et si elle ne travaille pas, c’est qu’il n’y a rien, mais alors vraiment rien à faire !) Quant à moi je suis dépité et oscille entre une résignation passive et une irritation croissante : ma cheffe est débordée, pourquoi ne délègue-t-elle pas ? Ah oui c’est vrai, elle n’a pas confiance ! Bedoume, va !

 

Bref, on s’arrange avec les moyens du bord et j’ai jusqu’ici recensé plusieurs façons de tuer le temps :

 

                     Regarder tomber la neige : moui, pourquoi pas, ça a quelque chose de relaxant. Mais avec les ersatz de flocons qui volettent timidement sans jamais toucher le sol, j’ai un peu de mal à me sentir en station de ski. J’aimerais bien revoir un de ces bons vieux hivers, où la neige formait des montagnes blanches sur les routes et les trottoirs (m’en fous, je suis piéton), mais le jour où Lausanne est dans cet état, c’est que le reste du monde a déjà disparu sous les congères !

                     Surfer sur la grande toile : c’est sympa un moment mais à la longue, ça saoule. J’ai déjà dû faire deux fois le tour de la blogosphère, je lis et relis les sites d’information et constate que la tendance people, cancans et émissions nunuche est encore plus forte sur Internet que dans la presse, ce qui n’a rien de surprenant. Par exemple, dans les dix recherches les plus courantes de l’année sur yahoo.fr, on trouve en vrac Star Academy, Secret Story, la Nouvelle Star, Carla Bruni et Rihanna. Même pas Steven Gerrard. Les gens sont nuls.

                     Ecrire des conneries pour le blog : très bien, mais comme on dit, moins on en fout, moins on a envie d’en foutre ; je manque d’inspiration et la page blanche me guette.

                     Lire un livre : ça parait une très bonne idée, mais c’est là que l’on constate à quel point les loisirs n’ont pas la même saveur au boulot qu’à la maison, bien au chaud dans ses pantoufles.

                     Chercher un boulot moins con ailleurs : ah oui, excellent ! Durant la période de Noël je peux toujours me gratter, mais pour moi, les sites d’offre d’emploi ne sont pas très loin de ceux des agences de voyage : il y a du rêve on-line, c’est rafraîchissant !

 

Sur ce je vous souhaite une bonne journée, je vais aller épurer un classeur un peu trop plein. Yeepeekaï !

 

Publicités
commentaires
  1. La Guenaude dit :

    Tu devrais revenir travailler avec l’affreux, je suis sûre qu’il t’accueillerai à bras ouverts !
    Autrement voici quelques occupations pour les journées « bras croisés » : broderies de Noël (t’auras ainsi des idées de cadeau pour la ptite famille), mots croisés et autres sudokus, préparation du café pour ton service et ton adorable cheffe,écriture des cartes de Noël… Tu vois Caliméro, y a toujours quelque chose à faire ! tu veux que je te prête mon Voici ???

  2. labo80 dit :

    Retourner bosser avec machin, t’en as de bonnes toi ! Je n’ai pas encore abandonné l’espoir de travailler un jour avec pratiquement que des gens normaux !
    Et tu peux te lever tôt pour me voir écrire des cartes de Noël…
    Quant à ton Voici je te le laisse, ils ne parlent pas de Lauriane Gilliéron.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s