Dépression post-sapin

Publié: 29 décembre 2008 dans Anciens billets

Donc voilà, Noël c’est fini pour un an et une seconde (car oui, c’était écrit dans la presse : 2009 comptera une seconde de plus que les autres années, j’espère qu’ils la mettront en été). Le sapin est en sursis, ses aiguilles commencent à tomber, les bouteilles vides et les papiers cadeaux chiffonnés encombrent les poubelles, le foie à eu son compte : ça sent la fin des fêtes à plein nez et beaucoup aspirent maintenant à un peu de calme, tout simplement. Dont moi.

 

Evidemment, à mes yeux Noël a énormément changé ces dernières années ; non, ce n’est pas plus commercial qu’avant, ni plus médiatisé. J’ai grandi, c’est tout. Autrefois, j’attendais ce jour comme le messie, le mois de décembre était effroyablement long et chaque journée s’étirait interminablement jusqu’aux vacances. Le jour J, je guettais en trépignant la venue de la famille ; ils arrivaient tout sourires à la nuit tombée, c’étaient des géants avec des voix tonnantes et grondantes mais gentilles quand même ; et nulle houri lascive aux yeux de biche, vêtue de soieries diaphanes, allongées langoureusement sur des coussins de velours, ne saurait m’être aujourd’hui plus engageante que ne l’était alors un simple paquet cadeau couché sous le sapin.

 

A table, les géants parlaient de sujets graves avec leurs grosses voix, moi je n’y comprenais rien mais comme ils avaient parfois l’air de se crêper le chignon, même si c’était pour de faux, j’en concluais qu’ils discutaient de cet étrange sujet appelé « politique », qui divise si souvent les Grands. Ils buvaient du vin et du vrai champagne, pas le même que le mien, un autre, avec du vrai alcool dedans !

 

Ensuite il y avait les cadeaux ! Ta-daaa ! Du jouet qui fait de la lumière au chouette légo en passant par les chaussettes en laine, on croulait sous le bonheur et en étions quitte pour quelques bisous par paires de joues. Et quand, regardant autour de nous, on constatait qu’on recevait quand même vachement plus de cadeaux que les Grands et que l’on s’enquerrait de la raison, on se voyait gentiment répondre que Noël c’est un peu ça, c’est surtout la fête aux enfants ; et là on s’écriait que non, il n’y a pas de raisons, c’est la fête à tout le monde, non mais !

 

Et puis, un jour, on repense à tout ça en se grattant la barbe, le regard porté sur le sapin qui maintenant nous arrive aux épaules, on se dit que ouais, Noël c’est effectivement la fête aux enfants. Et sans eux, ce n’est quand même plus la même chose. Parce que lorsqu’il n’y a personne pour réciter des poèmes, plus rien ne nous empêche de nous mettre à parler d’insécurité, de jeunesse, d’immigration, d’éducation, de politique et de criminalité.

 

Sainte nuit ! Sinon bonnes fêtes bande de gens, j’espère que vous avez passé de chouettes moments et qu’on vous a offert une jolie vanne de chauffe-bain !

 

Publicités
commentaires
  1. Alain Hubler dit :

    La seconde de plus ne pourra pas être ajoutée en 2009, vu que c’est 2008 qui durera une seconde de plus.
    Cela ne change rien au fait que Noël 2009 sera effectivement retardé d’une seconde.

  2. labo80 dit :

    Ah, autant pour moi… (Je divulgue de fausses informations, encore quelques fautes de syntaxe et je serai prêt à bosser pour les journaux gratuits !)
    De toutes façons peu m’importe quand elle aura lieu, pourvu que je ne sois pas au boulot !

  3. […] Merci à Labo de nous avoir signalé cette affaire de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s