Suisse, pays de loups

Publié: 17 février 2009 dans Anciens billets

Pour bien commencer, je vais lâcher une bonne grosse banalité : j’aime voir tomber la neige. Je ne suis certes pas un cas isolé, mais pour beaucoup, les plaisirs liés à la neige se limitent à regarder le ski à la télé ou à voir tomber les flocons un dimanche, sans avoir à sortir.

 

Parce que dans le bassin lémanique et particulièrement à Lausanne, la neige est toujours plus inattendue encore qu’une chute de météore, même en plein milieu de l’hiver. Lorsqu’elle arrive du nord sans crier gare elle cause le désarroi de milliers d’âmes désemparées qui se voient poussées dans la tourmente par leurs obligations professionnelles et c’est le chaos dans les rues.

 

La neige tomberait en trombe à Palerme, à Yamoussoukro ou à Athènes, elle ne provoquerait pas plus de troubles qu’ici.

 

La plus croustillante, c’est bien sûr la première de l’année, généralement du côté de novembre, lorsque la plupart des automobilistes roulent encore avec leurs pneus d’été. Quel joyeux spectacle que ces voitures dont les vives couleurs le cèdent peu à peu au blanc, s’étirant tel un dragon du nouvel an chinois en longues files au travers de la ville, avançant au pas, patinant, klaxonnant, vrombissant dans la tempête !

 

Les réactions à ce phénomène rarissime sont aussi nombreuses que variées, mais force est d’admettre que la grogne prédomine. Pour la majorité, ce n’est « pas un temps à venir travailler, on serait mieux au chaud ». Mais il faut préciser que pour ces mêmes personnes, le raisonnement ne change pas d’un iota qu’il pleuve, qu’il  neige ou qu’il fasse un froid sibérien. A l’inverse, une canicule où simplement un beau soleil incitera plutôt à « boire un verre en terrasse au lieu d’aller bosser ».

 

Aujourd’hui, donc, les flocons tombent serrés et répandent le désordre et la pagaille en ville (c’est vrai qu’il y a bien un bon demi centimètre de neige qui trône triomphalement sur les trottoirs où marchent à petits pas serrés et prudents les quelques piétons qui bravent la tempête dans un furieux élan de témérité). Au menu donc, perturbation du trafic des transports publics, coupure d’eau dans l’immeuble où j’exerce mon passionnant apostolat et humeur maussade dans les bureaux. Autant pour le côté relaxant de la neige, on dira qu’en semaine de travail, les citadins ne sont pas compatibles avec le calme.

 

Je propose un concours : à la fin de la journée, la personne qui a entendu le plus souvent une phrase qui se rapproche de « ah la la, vivement l’été, c’est pas un temps à venir travailler ! » gagne un bébé yack.

 

J’en suis à 427.

 

Publicités
commentaires
  1. La Guenaude dit :

    Tout à fait d’accord avec toi Caliméro, c’est bien joli cette neige qui tombe. D’autant plus que l’affreux a failli se torcher avec sa BM ce matin en venant bosser, dommage, il est quand même arrivé à bon port…
    Petite pensée pour les chèvres lausannoises qui se rendent à Thurgau aujourd’hui, je leur suggère le traîneau du père-Noël…

  2. Loggy dit :

    J’en suis à 543. Mais c’est la même personne qui l’a dit, ça compte ou pas?

    Pour ajouter une couche (de poudre), j’ai lu hier un bulletin de météo suisse qui expliquait qu’il n’y a pas plus de neige cette année que les normales saisonnières. Et pourtant, à écouter les gens (mais oui, vous savez bien: les autres! Ceux qui laissent toujours une goutte sur la luette des wc et qui vous passent devant au MacDo) on dirait que nous sommes revenus à l’âge de glace. Pourtant, il ne sont pas si loin les hivers de mon enfance où la nature était recouverte de son blanc manteau pendant trois longs mois.

    Mais peut-être, qu’à une ère où les notions de vitesse s’appliquent davantage à sa connexion internet ou au rendement d’usine plutôt qu’à une automobile, nous perdons peu à peu une mémoire devenue plus numérique que biologique?

    Sinon une petite fondue? C’est le temps pour! Santé!

  3. labo80 dit :

    @ Guenaude : failli ? Pourquoi toujours failli ? Quelle est l’étoile imbécile et myope qui continue à veiller sur lui ?

    @ Loggy : Bien sûr que ça compte, ça fait partie du jeu, le tout et de trouver ZE Monsieur (ou Madame, c’est kif kif) Ronchon qu’on va entendre maugréer sur la neige à tout bout de champ ! Volontier pour la fondue tudieu, vendredi ? (J’ai pas trop le temps avant) (Overbooké ch’te dis !) (C’est si dur !)

  4. Loggy dit :

    Une collègue, en face de moi qui aime se répéter (répéter). Peut-être un écho dans le lobe occipital?

    Vendredi? Quelle bonne idée, ça nous fait une suite pour l’apéro comme ça! Petite pensée: « Il vaut mieux être overbooké que facebooké », Maximilien de Robespierre

  5. labo80 dit :

    Il faut mener nos tâches à bien, à quoi sert de faire un apéro si on n’enchaîne pas avec une fondue de temps en temps ?
    Autre pensée : « Mieux vaut une face de plouc que facebook » (Zarathoustra)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s