Longue journée

Publié: 10 mars 2009 dans Anciens billets

woman powaLe 8 mars, sous son aspect débonnaire de paisible journée oscillant entre le soleil printanier et la fraîcheur hivernale, n’est pourtant pas une date comme les autres : c’est la journée des femmes. C’est-à-dire une journée au cours de laquelle il est bon ton de considérer d’un regard critique les inégalités entre les sexes dans le monde, mais par contre où il n’est pas nécessaire d’acheter des fleurs, ça va bien merci, on ne va pas nous refaire le coup de la Saint-Valentin.

 

 

C’est donc une journée au cours de laquelle les femmes en général font passer leurs messages, rappelant que non les copains, la condition féminine n’est pas toute rose dans tous les pays, que leurs droits sont encore bafoués dans bien des lieux sordides et qu’on estime à un milliard le nombre de femmes battues dans le monde (et donc pas mal plus de femmes engueulées), ou une sur cinq, où bien d’autres chiffres, on n’a jamais été tellement d’accord là-dessus, ce à quoi est généralement répondu « une femme battue, c’est déjà trop ». Ce qui n’est pas faux, notez. C’est toujours très désagréable de se le faire rappeler sur un ton aussi sec, certes, mais fallait pas contester ces chiffres aussi, c’était pas malin ça l’ami !

 

Enfin, c’est là journée où glosent les bons machos de la droite dure que l’on entend pérorer dans les micros que « chez nous, c’est toute l’année la journée de la femme », femme qu’on n’a jamais vue, forcément, elle est au fourneau.

 

« Mais pourquoi le huit mars ? » Demanderez-vous avec cette remarquable sagacité qui caractérise la pertinence toujours affûtée de vos interventions édifiantes. Et bien parce que le 8 mars 1917, à Saint-Pétersbourg,  alors capitale de la Russie, les ouvrières défilent pacifiquement pour réclamer du pain et le retour de leurs hommes partis au front. Personne ne se doutait que cela serait le premier jour de la révolution russe, annonciatrice d’une période bien sombre pour ce pays trop grand. Bref, quatre ans plus tard, le 8 mars 1921, Lénine déclare l’avènement de la journée des femmes en souvenir des manifestantes de Saint-Pétersbourg, date qui sera progressivement adoptée dans bien d’autres pays du monde civilisé, jusqu’au nôtre, comme quoi tout arrive. En outre, au début des années 1900, plusieurs manifestations féminines sont recensées en ce même jour, notamment à Oslo ou à New York.

 

Bien que l’on manque de références historiques pour certifier l’origine de la journée des femmes, les points cités ci-dessus ont été préférés à d’autres évènements aussi survenus un huit mars, tels que :

 

1790 : maintien de l’esclavage dans les colonies après une brève remise en question.

1893 : début du procès du Scandale de Panama.

1933 : le ministre de l’intérieur de l’Allemagne nazie, Wilhelm Frick, annonce à la communauté européenne la construction de camps de concentration (en passant, je suppose, certains détails sous silence).

1950 : le maréchal Vorochilov annonce que l’Union Soviétique détient l’arme atomique.

1989 : la loi martiale est décrétée au Tibet par la Chine.

 

Sinon, et bien c’est la fête aux Etienne, aux Humphroy, au Pons et aux Jean.

 

Alors bonne fête les gens !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s