La Croix et la Bannière

Publié: 27 avril 2009 dans Anciens billets

Depuis les quelques mois que je tiens ce blog, vous aurez probablement constaté que je déborde d’optimisme, de foi en l’humanité et de confiance en l’avenir. Et bien aujourd’hui je créerai la sensation en vous apprenant que parfois, il arrive à mon intarissable insouciance de légitimement s’éclipser devant la force irrésistible de mon indomptable franchise : dans certains cas, il peut arriver que nos interlocuteurs ne se montrent pas tout à fait à la hauteur des espoirs candides que l’on place en eux.

 

Par exemple, tout dernièrement, j’ai reçu une lettre d’une assurance. Une lettre normale, tout ce qu’il y a de plus standard, classique voire limite banale, c’est-à-dire absolument incompréhensible, rédigée automatiquement par une machine qui me donne du « Mademoiselle » long comme le bras, imprimée en même temps que des dizaines de milliers d’autres et emplies de chiffres, de formules juridiques, d’articles de lois abrégés et de quelques mots qui se courent après sans vraiment qu’on puisse y trouver un sens.

 

Et bien cette lettre me fut apportée par mon frère Guislain, comme durant ces trois dernières années, car tout courrier que cette assurance m’adresse arrive invariablement chez lui. A mon nom, certes, mais chez lui.

 

Naïvement, je pensais que si quelqu’un cherchait à m’envoyer un courrier, il prendrait la peine de vérifier mon adresse sous mon prénom, Eusèbe, et dès lors le ferait parvenir comme il se doit à l’Avenue de Pripiat. Mais non, ces procédés sont manifestement vétustes et obsolètes au sein de grandes firmes dont le prestige le dispute au modernisme ; il en résulte qu’après trois années consécutives et bien des efforts vains, mon courrier arrive toujours chez Guislain, rue Tomas de Torquemada.

 

Normalement, lorsqu’on a un problème aussi simple, on téléphone gentiment en disant « bonjour, j’ai changé d’adresse » et notre interlocuteur répond « voilà, j’ai pris note, merci et bonne journée », ou quelque chose allant dans ce sens, et le problème est réglé. Mais pas là, donc. Moi, j’ai déjà téléphoné trois fois, envoyé une demi-douzaine d’E-mails, deux lettres et deux recommandés, rien n’y fait. Après la dernière, où je me suis permis d’être acide et ironique à souhait, un responsable m’a téléphoné et, d’une voix sûre, m’a promis que tout rentrerait dans l’ordre, qu’il était désolé, qu’il me remerciait de ma patience et qu’il espérait que Dieu m’ait en sa sainte garde. Mais malgré tout, le courrier continue à arriver à la mauvaise adresse.

 

J’ai renoncé. Comme on dit, il n’est pas pire sourd que l’âne qui n’a pas soif. Quant au problème, somme toute banal, j’y vois deux explications, certes peu plausibles, mais imaginables : d’une part, je suis peut-être tombé sur l’idiot du village, ce qui est possible (observez les secrétaires quand vous en voyez, une sur deux parle toute seule en travaillant, si ça c’est pas un signe que bosser dans les bureaux peut rendre sénile !). Autre éventualité, leur programme est tellement compliqué qu’un simple changement d’adresse est entré dans le domaine de l’utopie ; il en va ainsi des logiciels de l’employé de commerce moderne : il peut imprimer mille lettres en un seul clic de souris, mais pour en modifier une seule il lui faut entrer mille commandes. Et il n’a pas le temps.

 

A force de tout automatiser et de remplacer les travailleurs par des machines qui font bip, il n’est plus possible de répondre à une demande simple. C’est aussi pour ça que je ne recevais pas mes factures pour mon loyer, par exemple. Ce genre de cas devenant de plus en plus courant, je me demande si un jour il ne sera pas bon ton de rengager un ou deux être humains dans les entreprises de service public, ne serait-ce que pour répondre au téléphone…

 

Mais bon, faut les payer…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s