Ça va piquer un peu

Publié: 12 mai 2009 dans Anciens billets

Quand on réfléchit deux secondes, on se demande pourquoi les gens trouvent toujours à gueuler. Par exemple, lorsque l’on va faire un billard ou un bowling, quand on s’offre une journée de piscine ou une visite au musée, on paye, quoi de plus logique ? Alors pourquoi ne paierait-on pas lorsque l’on va chez le médecin ?

Parce qu’une visite chez le docteur, c’est rafraîchissant et vivifiant comme une brise printanière ; une tonifiante conversation avec un être dynamique et cultivé, un moment de détente où l’on pense enfin à soi. Lorsque l’on approche de la porte ornée d’une plaque reluisante « Dr. Wilhelm Estutweh – vous qui sonnez et entrez ici, abandonnez l’espoir », un émoustillant frisson d’excitation nous parcourt l’échine. Ouvert aux merveilles inconnues comme un enfant dans un parc d’attraction, on pénètre lestement dans les locaux tempérés et immédiatement le sourire franc et cordial de la jolie réceptionniste nous dit « entre, bienvenue, je sais que t’es là pour ta dépression, heureux sacripant » et d’une voix feutrée elle nous prie de prendre place à la salle d’attente.

Dans cette pièce lumineuse aux douces fragrances de désinfectants et du faux cuir des sièges, on parcourt le Géo, qu’on aura préféré à France Dimanche et à Gala, avec pour nous tenir compagnie la présence muette d’un retraité épuisé par ses nuits d’angoisse et de douleur, attendant ici que lui soit délivré le verdict tant craint et attendu avec ce le courage qu’il arrive encore à trouver.

Au terme de l’entretien, après s’être ouvert de ses peurs et de ses maux au Docteur qui sait, après avoir entendu des diagnostics, des conseils, après avoir donné de son sang, lorsque l’on ressort les mains moites, il est normal qu’on les mette à la poche, après tout, si l’on n’a pas la constitution d’un Phelps, y a qu’à payer.

Bref, applaudissons des deux mains cette nouvelle mesure prévue pour réduire les coûts de la santé (payer plus, donc). Et tout à notre joie, accueillons dans un concert d’acclamations hystériques les autres innovations que notre bien aimé ministre de la santé nous propose dans sa grande mansuétude, car non, il ne s’est pas arrêté là, il n’a pas édicté vite fait sa taxe à la con pour aller écluser des bocks au rince-pintes du coin, nenni, il a encore proposé bien d’autres mesures, comme par exemple celle de repousser à deux ans au lieu d’un la franchise à options, parce que Couchepin en a marre que les gens choisissent une franchise élevée lorsqu’ils se portent bien et la baissent lâchement si ils se découvrent un truc grave. C’est pas du jeu.

Personnellement, je trouve déplorable qu’un homme comme lui soit voué à l’oubli au fil des siècles ; et j’espère qu’à sa mort on aura le bon sens de taxer les classes pauvres et moyennes pour lui ériger un mausolée.

Publicités
commentaires
  1. Loggy dit :

    Bon le titre, coco!

    Je vais m’autoriser un petit cancer en 2010, je peux quand-même réduire ma franchise pour la fin de l’année monsieur Labo? ^^

  2. labo80 dit :

    Non môssieur, désormais, celui qui veut son cancer devra assumer les bons points ET les mauvais points. C’est de la responsabilisation, ça !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s