Adieu pupuce

Publié: 25 juin 2009 dans Anciens billets

On va commencer par une métaphore évoluée : l’inspiration est comme un large fleuve qui alimente diverses zones du cerveau d’un blogueur, zones généralement vouées à la culture de l’ironie, du sens critique, du facteur grande-gueule et de l’auto attribution du droit sacré de juger bassement son prochain. Voilà. C’est juste pour dire que chez moi, avec l’été, c’est pas vraiment la saison des crues. Oui je sais, vous l’aviez vue venir. Mais je dois confesser que nombre de débuts de billets ont dernièrement rencontré un destin brutal par le biais de la fonction « vider la corbeille » de mon ordinateur au cours de laquelle leurs cris de détresse se sont élevés à l’unisson. Chochottes.

Mais bon, puisqu’on en est là, autant laisser de côté mes sujets habituels (la presse, le boulot, les gens, la presse, le boulot…) et revenir sur un point que j’ai trop longtemps laissé de côté : l’instruction. C’est toujours bien, passe-partout, ça plaît et on peut pas critiquer sans passer pour un plouc. Donc hop, culture !

Je propose que l’on s’intéresse à nouveau à la zoologie ; la dernière fois nous nous étions penchés sur cet admirable ruminant qu’est le phacochère et la connaissance ainsi acquise de ses mœurs et de son mode de vie avait joué un rôle prépondérant dans le rapprochement de nos deux espèces. Aujourd’hui, pour demeurer dans un registre à peu près similaire, je vous propose un exposé sur la puce.

LA PUCE donc 

Sous un nom un peu ridicule, la puce cache une appellation romaine nettement plus classe, à savoir « Siphonaptera », qui conviendrait bien à la méchante d’un film américain sur l’Egypte antique. C’est un petit insecte ectoparasite – donc une bête qui parasite l’ecto, mais pas le verso – dont le mode de vie consiste le plus généralement à se taper l’incruste là où on ne l’a pas invité, ce qui lui réussit bien puisqu’on en a recensé au cours d’études sûrement passionnantes pas moins de 2500 familles à travers le monde. Il faut admettre que l’évolution et la diversité de cette espèce à quelque chose d’étonnant, comme en témoignent ces divers clichés :

Puce standard Puce standard

 

 

 

 

 

Puces sauteusesPuces joueuses

 

 

 

 

 

Puce évoluée Puce évoluée

 

 

 

 

Emplie de courage et animée par une puissante soif genre vendredi soir à l’heure de l’apéro, la puce saute sans crainte sur sa proie pourtant nettement plus grande qu’elle, défait ses affaires et squatte les lieux sans vraiment chercher à se faire trop remarquer. Au cours de son séjour, la puce se nourrit du sang de sa proie qu’on lui souhaite sobre et l’on notera d’ailleurs que cette tendance est particulièrement bien dans le ton « énergies renouvelables » de notre société, en opposition avec le puma, pour ne citer que lui, qui préfère étouffer sa proie pour ensuite l’engloutir en entier, sans rien laisser pour les copains, pratique déjà plus dans le ton « milieu de la finance ».

Pour conclure, on retiendra surtout que la puce est une bébête qui se nourrit du fluide vital d’autrui et reste accrochée à sa proie jusqu’à ce que cette dernière finisse exsangue ou ne prenne les mesures nécessaires pour chasser le parasite. Et puisqu’on est sur le sujet, je tiens à souhaiter une bonne retraite à Pascal Couchepin, ministre de la santé démissionnant devant la situation désastreuse du système de santé après avoir assuré une fortune considérable aux pontes du secteur et aux caisses maladies.

Publicités
commentaires
  1. Coraline dit :

    Cher Labo,

    J’aime dans le passage sur le courage que la puce déploie pour s’attaquer à plus grand qu’elle, et celui sur le fait que la bébête se nourrit du fluide vital de sa proie jusqu’à ce que cette dernière finisse exsangue.
    Je dirai même qu’il m’a un peu ému, et non sans raison. Il faut savoir qu’au nombre des puces, se trouve, mon insignifiante personne névrosée, que sa supérieure hiérarchique prend un malin plaisir à nommer « ma puce », à un point tel que nom prénom fait figure de pâle légende… Tu comprendras donc, que l’imagination fertile de la dévouée soussignée s’est agitée de façon plutôt loufoque à la lecture de ton article. Merci.

    Bisous
    La p… euh non, Coraline.

  2. labo80 dit :

    J’avoue avoir hésité à aborder le sujet de la propension qu’a l’individu lambda à affubler son prochain du pseudonyme affectueux « ma puce », certes tout mimi, mais quand même un peu hasardeux si l’on s’en réfère à sa définition première. Je ne peux donc que comprendre et compatir à ta situation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s