La roue tourne

Publié: 10 août 2009 dans Anciens billets

Amis lecteurs, je vous dois des excuses pour le vacuum qui règne depuis quelque temps sur ces pages. Alors que vous venez nombreux céans étancher à la source votre soif de connaissances, d’érudition, d’instructions, de conseils, de philosophie, de sages doctrines et de profondes pensées spirituelles, vous repartez déçus, une petite larme à l’œil, de ces lieux déserts où s’engouffrent par les carreaux brisés un vent gémissant faisant sinistrement claquer des volets grinçants.

On pourrait croire à un manque d’intérêt ou d’inspiration, mais il n’en est est rien pour une fois. Simplement, la roue tourne ; la vie se charge parfois d’établir des priorités, offre des opportunités et là, vous l’aurez compris, mon attention est accaparée ailleurs. Donc voilà, break d’été.

Pourtant, quand je regarde un peu autour de moi, je constate que j’aurais bien de quoi jacter ; un bref coup d’œil sur les sites d’actualité nous informe par exemple qu’alors que la crise connaît un moment de calme, les salaires et les bonus des cadres de la finance ont déjà explosé, ou que Federer occupe encore plus la presse depuis qu’il est père qu’après avoir remporté ses derniers titres, qu’on parle tellement de la grippe A que mon boulot ressemble à un immense poulailler où flotterait l’odeur d’une meute de loups en maraude, que les prénoms les plus communément attribués aux nouveaux nés ces dernières années sont « Nathan » et « Emma » et qu’on s’en fout mais alors complètement, ou encore que je n’ai jamais vu autant de gens avoir peur de prendre l’avion que maintenant. Ce dont je déduis que la presse, moins on la lit, mieux on se porte.

Enfin voilà quoi. Je me repens de mon silence et organiserai une séance publique d’auto-flagellation aux orties pour me châtier dignement (mais le lieu reste à définir, probablement un endroit difficile d’accès quand même), mais je ne vous ai pas oublié. Je reviendrai très vite avec un captivant billet sur le lama zébré des landes Marathes.

Et puis bon, eh, je parie que la plupart d’entre vous êtes en vacances, ou reviennent de vacances, où s’apprêtent à partir en vacances, bref, vous m’avez compris, alors que bibi n’a pas quitté le bureau de l’été, brandissant au cœur de la fournaise estivale l’étendard du sacerdoce dûment rempli, du délai tenu, de l’ordre acquitté et du supérieur hiérarchique vénéré. Alors je conclurai avec une pensée pour tous les travailleurs enchaînés à leurs bancs tout l’été durant.

 

Publicités
commentaires
  1. La Guenaude dit :

    Ah ben Labo ! effectivement on commençait quelque peu à s’inquiéter ! j’étais même sur le point de lancer un avis de recherche…

  2. Loggy dit :

    Je trouve absolument pitoyable de laisser son blog à l’abandon pour des « priorités » qui, j’en suis certain, ne sont que des pécadilles qui n’intéresseraient même pas un chroniquer au Matin Bleu! Arrêtez de nous faire croire que vous avez une vie réelle avec ses problèmes Monsieur Labo! Tout le monde ici se doute bien que si l’on vous enlevait votre blog, à l’instar du poisson sorti de l’eau, vous mourriez suffoquant d’ennui!

    Allez, allez, au travail! Et sans rouspéter!

  3. La Ronce de Lausanne dit :

    Zut, Loggy m’a prit de vitesse pour mettre en doute, que dis-je, pour exprimer haut et fort que personne ne te connaissant un tant soit peu ne goberait cette faribole alors que nous savons tous qu’une fois ton « travail » baclé, tu t’empresses de rentrer chez toi pour regarder vaguement les murs
    😉

  4. Mathilde Desonges dit :

    A la vue de quelques commentaires présentés plus haut et de l’incrédulité de vos lecteurs, je crains pour vous que la séance de flagellation aux orties ne se soit rapprochée.
    Suggestion de « note pour plus tard » : Ne JAMAIS se proposer en pénitence.

  5. labo80 dit :

    Chers amis, merci pour vos touchants messages de soutien. J’aimerais juste souligner que ce sont très précisément des peccadilles qui intéressent les chroniqueurs du Bleu, que j’évite de trop regarder vaguement mes murs au vu de ma déco et que je vous suis très redevable de m’avoir infligé vous même ma séance de flagellation, ce qui m’évite quand même un effort moral assez important.
    Je vous laisse, je dois justement régler un problème personnel qui demandera beaucoup d’abnégation, de la volonté, de l’énergie, de l’eau chaude, une éponge et du produit vaisselle. Quand je parlais de priorité…

  6. TT02 dit :

    Huhu !

  7. ground0 dit :

    cher amster jovial, il semble donc que la roue tourne. serasse donc colargol ou oblomov ?
    amicalement vôtre
    nobody’s perfect

  8. labo80 dit :

    Aucun des deux dirais-je, quand bien même on admettra quelques penchants pour Oblomov. Mais le personnage d’Olga jouera un tout autre rôle dans l’histoire et déterminera une fin différente, soyez-en sûr !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s