Où est Labo ?

Publié: 8 novembre 2009 dans Anciens billets

*Ahem* Bonsoiiiiir…

Je sais, oui. Je ne suis pas fier. J’aimerais qu’il en soit autrement. Le sort s’acharne sur moi, ce qui retombe sur vous, chers mais néanmoins négligés lecteurs ; à chaque fois que je trouve enfin un peu de temps dans ma trépidante vie d’aventurier pour écrire quelques lignes, il se trouve qu’un malencontreux coup de destin veut que j’aie envie de faire autre chose. C’est une difficile situation et je vous remercie de tout cœur pour votre compassion.

Lorsque j’ai commencé ce blog, il y a très très longtemps, soit un peu plus d’un an, j’étais alors jeune et plein d’énergie. L’avenir m’apparaissait comme une spacieuse voie ensoleillée me menant d’un sommet de la gloire à un autre en limousine de luxe avec minibar. C’est à dire que j’avais un job qui consistait à rien foutre, la planque du siècle qui me laissait suffisamment de temps pour alimenter ces lieux en niaiseries pleines de phrases. Il en va aujourd’hui autrement. Rattrapé par une cruelle réalité, j’ai été forcé de trouver un autre travail, un vrai, et de me consacrer à mon blog durant mon temps libre, triste situation dans laquelle aucun blogueur sain d’esprit ne souhaite tomber.

Aujourd’hui, le sort veut que je rattrape toutes les heures de glandage de mon ancien taf ; accablé par un retard dément, mon service – et donc moi avec – enchaîne les heures supplémentaires, bosse le samedi et lorsqu’il m’est donné de prendre du repos et que l’on détache mes chaînes pour une nuit de répit, je rentre instinctivement chez moi dans une sorte d’état second plus propice à rester avachi devant la télé en bavant (ce qui tombe encore plutôt bien, il y a la ligue des champions) qu’à instruire le vaste monde par la magie du web.

J’aurais bien d’autres mauvaises excuses à avancer, mais je ne vais pas m’étaler là-dessus ; concrètement, il en ressort que je ne trouve pas le temps de me consacrer à ce blog, et encore moins l’inspiration. L’idée m’a traversé l’esprit de boucler les lieux, mais le fait est que j’ai toujours envie d’écrire et que je peine à renoncer à la gloire, l’honneur et le pognon du blogueur. Donc voilà, mon « break d’été » s’imposera finalement en nouveau rythme dont vous me voyez attristé, mais j’ai comme promis expié ma faute, non pas, comme énoncé précédemment, par le biais d’une séance d’auto-flagellation aux orties, mais en me cognant le genou contre un bureau l’autre jour, ce qui fait mal aussi. Et j’en profite pour glisser un « merci de me lire », parce que malgré le vacuum qui règne dans le bled j’ai toujours de la visite et c’est bon pour mon égo.

 

Publicités
commentaires
  1. ground0 dit :

    Chic !!! le grand retour ?
    merci

  2. ground0 dit :

    Pardonné.
    Ce billet est plus roublard que 2 Ave et 3 Pater, expiation coutumière d’enfance catholique.
    Soyez brave, sans beurre et sans brioche, nous attendons de la marchandise.
    P.s dans les moments de doute, vous recommande la série anglaise Little Britain.

  3. La Guenaude dit :

    Ouaih….ouaih….les belles promesses rendent les fous joyeux !
    Au boulot mon cher Labo ! sinon je serais obligée de retourner à mes lectures people !

  4. labo80 dit :

    J’aimerais bien que ça soit signe du grand retour, mais au vu de la situation du boulot je crains que les moments d’oisiveté ne soient pas pour demain. Et si je me mets en plus à suivre une série, ça n’ira pas mieux, mais je note soigneusement « little britain » pour plus tard.

    Quant à la Guenaude, j’aimerais te signaler que ce n’est pas l’emploi très surprenant d’une forme de sagesse populaire par le biais d’une citation qui va me faire croire que tu as abandonné la lecture people !

  5. nekkonezumi dit :

    J’aime les gens qui font le break d’été en hiver, parce que ça me donne envie de cocotiers pour Noël …
    Bûche bien, de toute façon ça va être la saison. Labeur et courage, petit scarabée!

  6. labo80 dit :

    Voilà qui me donne une excuse à bon compte : je prolonge le break d’été pour donner à l’hivers un petit air estival ! Merci pour le tuyau !

    Quant à la saison pour bûcher, je suis bien d’accord mais à trop s’y consacrer on finit par avoir les boules et ça commence à sentir le sapin. Alors prudence.

  7. Dr Zen dit :

    Or donc, enfin avons des nouvelles.
    Je pensais que, planqué, incarcéré, promu, envolé sous d’autres cieux, voire marié, vous vous étiez éloigné pour une raison ou une autre de la vie bourgeoise, repue et satisfaite que vous meniez avec insolence.
    Ou que, afin de retrouver le repos de l’âme et surtout pour échapper à l’épidémie menaçante, vous cherchiez courageusement l’adresse d’un monastère tibétain.
    Ou encore que, tel Thierry Henry, vous aviez sorti vos mains du cambouis pour non pas simplement comme lui soutenir la cause sphérique française, mais, par un geste proche de la bénédiction, envisager d’apaiser ce monde rempli de doute, et n’aviez donc plus de temps pour brutaliser votre PC.
    Mais, il n’en reste pas moins – et vous le reconnaissez – que vous aviez abandonné votre public.
    Je vous en suis quelque part reconnaissant, puisque quelques-uns de ces malheureux, affligés, viennent me consulter en mon cabinet, mais mon divan se ressent de ces centaines de désespérés, et j’ai largement de quoi faire avec un inattendu afflux d’Irlandais.
    Trop, c’est trop.
    Vous avez créé cette relation entre le monde et vous.
    Vous avez créé un besoin.
    Il faut maintenant assumer.
    Continuez, poursuivez.
    Dans l’attente d’une suite responsable, régulière et soutenue, je reste votre
    Dr Zen

  8. labo80 dit :

    Las, Docteur, si vous saviez comme la Planète Culture paraît lourde aux frêles épaules d’un Atlas Blogueur sans prétention initiale comme moi ! Il m’arrive parfois de prendre peur de cette influence que j’ai sur le monde, de me sentir ivre de pouvoir et de douter de ma capacité à toujours oeuvrer pour le Bien sans jamais céder aux sirènes de la tentation.

    C’est aussi un peu pour cette raison que je prends du recul. « Ceux qui détiennent le pouvoir emploient ce pouvoir », disait très justement le renommé Gilbert Godet. Sinon, je finirai comme Thierry Henry, mais avec un moins bon pied droit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s