Happy End ?

Publié: 30 avril 2010 dans Anciens billets

Contrairement à une idée couramment répandue, tenir un blog n’est pas aussi éloigné qu’on le pense de la lourde charge d’Atlas ; je ne me plains pas, ce n’est pas la première fois de ma palpitante existence que je me sens des affinités avec le sympathique frérot de Prométhée (c’est une famille qui a connu quelques revers), avec qui j’ai notamment en commun la passion pour la danse folklorique Ouïgours et le bricolage léger.

Bien sûr, vous aurez compris que je fais avant tout allusion à son fardeau : lui doit supporter le monde, moi un blog.

Ok, il gagne. Il n’empêche : déjà une vingtaine de mois que je tiens avec fierté cet édifiant monument de culture et de savoir, déjà salué deux fois par l’amicale des blogueurs de Sainte-Génisses-les-Chaumes, passé très près de remporter le prix Jacques Clochet 2009 et régulièrement visité par de nombreux internautes guidés en ces lieux par les requêtes qu’ils entrent dans leurs moteurs de recherche (dernier en date : « cul de phacochère »), je ne peux nier que j’ai modestement apporté ma pierre au glorieux édifice qu’est Internet. Si on m’avait dit que j’en arriverai là…

En tous cas une, voire souvent plusieurs dizaines de visites par jour, je suis littéralement sous les feux de la rampe. Donc une question récurrente qui m’est adressée ces temps (hormis « est-ce que tu sais quand tu pourras me rendre ma binette à haricots ? ») est bien-sûr « comment fais-tu pour gérer les attentes découlant d’un pareil succès ? », c’est logique.

Et bien je vous l’avoue avec humilité : il n’y a pas de recettes miracle. Actuellement peu en verve comme vous l’avez remarqué, je me dois d’assumer les conséquences logiques de mes manquements à mes devoirs, à savoir de nombreux et déchirants messages qui sont autant de touchants témoignages de l’affection que l’on porte à mes enseignements. Jugez plutôt :

« Cher Labo, le peu de cas que vous faites des attentes de votre public est très représentatif du manque d’égard qu’affiche votre génération face à ses responsabilités. » Gisèle Anier.

« Vous voyez, c’est exactement pour ce genre d’attitude hautaine et discourtoise que l’on vous a préféré le blog « Leptons-Passion » de Justine Lebêche en 2009. » Jacques Clochet.

« Cher Labo, si vous vous engagez sur votre honneur à être plus constant dans la publication de vos billets, je promets de ne plus jamais chanter. » Nicolas Sirkis.

« Si tu ne publies pas plus souvent, je tue un bébé phoque. » Lâchement anonyme.

« Yo Labo, si t’as toujours pas peur de te salir les mains on a de nouveau du taf pour toi, call me discretos, $$$$$$ ! » Fredo-les-poches-pleines.

« NEED HELP – S’il vous plaît je suis jeune fille de le riche propriétaire mine de diamants Sierra Leone, mon père été tué (…) hérité d’un montant de $ 40’000’000.— que partage avec vous si ouvrir un account banque (…) »  Alissia M’galdababoussiam.

Et bien d’autres. Je pourrais me cacher derrière de lâches excuses et avancer des arguments visant à justifier la situation présente, mais il n’en sera rien : je l’ai déjà fait mainte fois. Qu’on se le dise, le vieux Labo n’est pas de ces médiocres gagnes-petits au regard fuyant qui se débinent devant leurs responsabilités en cherchant fiévreusement à faire porter à autrui ou à quelque circonstance le poids de leurs échecs.

Loin s’en faut même. J’assume. J’ai toujours affirmé la tête haute et les cheveux au vent que le but de ce blog était de vous divertir et de vous amuser (il fut un temps où j’aurais ajouté « vous instruire », mais j’ai renoncé, vous êtes vraiment désespérants), et par ma barbe il en sera ainsi. Aussi, sans transition, retour à l’humour fin et aux galéjades subtiles dans le chaleureux esprit bon-enfant qui nous caractérise.

Nous allons aujourd’hui évoquer la fin du monde, sujet certes débonnaire mais néanmoins hautement instructif dont on ne parle pas assez. Vous l’aurez certainement appris, la fin du monde est arrêtée, et ce n’est point là quelque fruit incertain et contestable de longues spéculations absconses et évasives ponctuées de raclements de gorges de vagues experts geignards et barbus, mais bien un fait confirmé par tous les marabouts, devins, prophètes, chamans, sorciers, homme-médecines, psykers, oracles, astrologues, augures,  thaumaturges, nécromants et probablement même quelques gardiens de buts : le 21 décembre 2012, c’est rideau.

Première observation, ça tombe un vendredi. On évite un hiver, mais on perd un week-end.

Mais au fait, comment sait-on ?

Et bien c’est les Mayas qui l’ont dit pardi ! Et les Mayas étaient des pointures en sciences et en astrologie, d’ailleurs ils disaient aussi que des dieux vivaient dans des grosses grottes et que faire brûler du papier sur lequel avait été versé du sang établissait une connexion entre le monde et le royaume céleste (acte dont le sens propre nous échappe quelque peu compte tenu du fait que leurs dieux étaient, comme on l’a dit, cavernicoles).

Et pourquoi le 21 décembre ?

Pour plusieurs très bonnes raisons. Tout d’abord, l’alignement des planètes. Il s’avère que ce fameux jour de décembre, toutes les planètes du système solaire seront alignées sur le même axe. Ou pas. Parce que la Nasa a déjà annoncé que pas du tout, les planètes n’ont pas manifesté la moindre intention de changer quoi que ce soit à leurs habitudes (à savoir tourner) en ce premier jour d’hivers. Et même si c’était le cas, toujours selon la Nasa, ça ne changerait rien ; sur Terre, on s’en fout des autres planètes. Après, il est possible que l’on ignore certaines choses et que l’alignement astral engendre une déchirure spatio-temporelle ouvrant sur Terre une faille béante donnant sur l’Outremonde, mais c’est quand même sauter un peu vite aux conclusions.

Autrement, on parle aussi d’inversement du champ magnétique, mais là aussi les experts disent que ces signes se voient venir et que le prochain est attendu dans 4000 ans (retenez bien cette date : 21 décembre 6012).

De même, on murmure que la terre et le soleil seront alignées par rapport au centre de la galaxie, ce qui n’est pas très clair, mais là, par contre, c’est pas des conneries ! De fait, ce phénomène se reproduit d’ailleurs deux fois par année. Tremblez !

Tout espoir est-t-il donc perdu ?

Ne nous voilons pas la face, la situation est sombre. Nous demeurons impuissants dans l’attente du verdict et levons vers ces stupides étoiles qui s’alignent des regards implorants. Néanmoins, le formidable instinct de survie de l’homme le poussera toujours à se battre pour son droit légitime de polluer la planète et il est des endroits où l’on n’a pas baissé les bras. Aux USA notamment, où l’on vend à prix d’or des places dans des bunkers de luxe pour survivre à la fin du monde. Tout le piquant de l’affaire résidera dans notre capacité à leur faire croire après coup que le monde de la surface est désormais en proie à de terribles tornades atomiques et peuplé exclusivement de zombies mutants, afin qu’ils restent à jamais sous terre.

Mais que peut-on faire alors ?

Arrêter de lire les journaux.

*** Message personnel, IMPORTANT ***

Mademoiselle M’galdababoussiam, je vous prie de me contacter urgemment afin que nous puissions vérifier ensemble les raisons d’un manifeste retard dans le versement de $ 20’000’000.— sur mon compte. D’avance merci.

Publicités
commentaires
  1. La Ronce de Lausanne dit :

    Ca me ferait presque de la peine, après un si long silence, tu met en ligne pas moins de 2 articles en 1 seule semaine, et pas un seul commentaires…

    Alors pour pas que tu te sentes trop abandonnés, je te prouves que c’est pas uniquement des bots qui viennent sur ton site, mais qu’il y a bien encore des vrais gens, et même certains qui sont pas là par erreur en cherchant de précieuses informations sur le fondement des artiodactyles de la famille des suidés (tu vois qu’il ne faut pas désespérer de nous instruire).

    Par contre, le titre cet édifiant billet m’a fait craindre un instant que la surcharge d’activités toutes plus passionnantes les une que les autres qui caractèrisent ton existance ne t’aient contraint à abandonner ce blog, alors que c’était juste une histoire de fin du monde. Fait donc attention, et tes lecteurs aux coeurs fragiles, tu y penses ?

  2. labo80 dit :

    J’ai bien pensé que le titre allait causer des sueurs froides, c’est pour ça que j’ai opté pour un sujet léger, afin de bien marquer le contraste.
    Si ça peut te consoler, dis-toi que j’ai été puni à l’instant en renversant ma tasse de café sur mon T-shirt. La semaine commence bien.

  3. La Ronce de Lausanne dit :

    Consolé je ne sais pas, mais je suis rassuré de voir que l’univers lui-même te rappel à l’ordre lorsque tu risque d’aller trop loin.

    Une tasse de café pour un titre potentiellement paniquant, je pense donc que la réprimande sera conséquente si tu ouvres par mégarde un parchemin noir perdu au milieu du fatras de papier sur ton bureau ou invoque négligemment Azatot, donc méfies-toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s