Toute la beauté du Monde

Publié: 12 septembre 2013 dans Géo
J’aimerais préalablement m’excuser pour le nombre inhabituellement élevé d’horreurs que je vais dire dans cet article.

1ère partie, parce que je sens qu’il y en aura d’autres. Photo : vue aérienne de Pripyat, destination que je vous recommande.

Alors comme ça vous hésitez pour votre prochaine destination de vacances ?

Et bien j’ai de bons tuyaux pour vous. Tout d’abord, laissez tomber New-York, Paris, Berlin et autres Rome, de même que toutes les îles du monde ; vous voulez vous la péter en racontant vos voyages où juste passer sottement des vacances « pour le plaisir », dans des lieux que vous aimez ?

Exactement. Donc ci-après, quelques destinations qui sauront attirer l’attention de vos collègues – et des RH – lorsque vous relaterez vos aventures à la pause-café.

La forêt d’Aokigahara, Japon

Le Japon vous plaît ? Vous aimez les arbres ? La nature ? Les promenades en forêt ? Détrousser des cadavres ? Alors n’hésitez plus, la forêt d’Aokigahara est faite pour vous !

Ce qui fait son charme ? Eh bien, figurez-vous que les arbres y sont tellement serrés qu’il n’est pas inhabituel que la nuit y règne même en pleine journée.

Dingue non ? Ah, et puis plus de cinq cents Japonais s’y sont suicidés depuis les années 50 aussi.

Il semblerait que cela ait commencé après que l’auteur Seicho Matsumoto ait édité un livre dans lequel deux personnes mettent fin à leurs jours dans cette même forêt. Et ça a pris, apparemment. Il faut vraiment faire très attention à ce qu’on dit au Japon.

Dès les années 70, le phénomène a acquis une dimension nationale et l’on voit depuis lors des panneaux préventifs se dresser dans la forêt. En outre, des « battues » sont organisées chaque année pour sillonner les lieux à la recherche de corps éventuels.

Et j’ajoute que si, pour une raison qui m’échappe,  vous souhaitez avoir une idée plus précise du tableau que cela peut donner, je vous invite à cliquer sur l’image suivante puis à en parler à un professionnel.

Attention, Japonais pendu dedans ! Ne cliquez pas sur l’image !

En 2002 par exemple, 78 corps y avaient été trouvés, ce qui laisse songeur quant au nombre qu’ils ont dû manquer ; or, la plupart des corps ramenés portaient sur eux de l’argent, des bijoux ou d’autres valeurs, ce qui a encouragé certains autochtones à entreprendre quelques expéditions de profanation et pillage de cadavres et ceci, les copains, rajoute à cette forêt-mausolée plongée dans sa nuit éternelle la petite touche macabre qui lui manquait.

The Overtoun Bridge, Ecosse

Quoi de plus paisible qu’une journée à l’air libre partagée avec la personne que vous aimez, une boisson chaude dans un thermos, assis l’un contre l’autre, enveloppés dans une même couverture, à regarder tomber les chiens ?

C’est en Écosse, près d’un charmant et ancien patelin, que se dresse un pont nommé « The Overtoun Bridge », d’architecture gothique, réputé dans le monde pour être le lieu où les chiens viennent mettre un terme à leurs jours en se foutant en bas le parapet.

Overtoun Bridge

Deux secondes plus tard, le photographe se prenait un Rottweiler

Diverses théories estiment à six cents le nombre de victimes canines depuis les années 60, pour une moyenne d’un par mois environ. Beaucoup se grattent la tête devant le mystère, tant il est inimaginable qu’autant de chiens puissent choisir de passer ainsi l’arme à gauche. Nombre de témoins rapportent que les animaux, après un bref regard, se balancent joyeusement en bas avec cette espèce de sourire stupide qui leur est propre, ce qui incline les spécialistes à penser que quelque chose dans l’environnement doit troubler leurs sens, et spécialement leur perception des distances.

Ce qui n’explique pas pourquoi certains parmi les rares survivants remontent sur le pont pour se refoutre au tas.

Le parc d’attraction Takakonuma Greenland, Japon

Allez, reconnaissons-le : les exemples cités ci-dessus sont un peu sinistres. Quoi que la coupure avec votre quotidien y soit radicale, il est probable que vous préfériez nager parmi les poissons que les chiens morts, ou qu’une promenade en forêt ait à vos yeux plus de charmes lorsque vous ne heurtez pas de pieds avec votre front.

Que diriez-vous alors d’un parc d’attraction ?

Ça, c’est prometteur où je ne m’y connais pas !

Plait-il ? Vous n’aimez pas les parcs, les montagnes russes, la foule et la joie bruyante des masses ? Pas de soucis, vous ne trouverez rien de tout cela ici. Il n’y a absolument personne à Takakonuma.

Enfin, il y a bien ce mec-là, mais il ne se réveille que les nuits de pleine lune et déambule pacifiquement à la recherche de son âme.

Le parc a ouvert ses portes en 1973 pour les fermer deux ans après, officiellement pour causes financières mais les rumeurs locales évoquent nombre d’accidents mortels. On sait aussi qu’il a ré-ouvert en 1986 et a tenu bon jusqu’en 1999 avant de fermer derechef.

Et de disparaître pour de bon cette fois.

Jusqu’à être rayé des cartes du Japon.

Et que tout renseignement soit viré des sources officielles.

Le parc est donc progressivement tombé dans l’oubli, chose facilitée paraît-il par l’aimable concours d’un brouillard l’engloutissant périodiquement en intégralité, pour l’ambiance.

Ambiance, donc

Ah, une dernière chose : si vous y voyez une silhouette livide s’approcher de vous nimbée d’une sorte d’aura verte iridescente, n’allez pas tout de suite conclure qu’il s’agit d’un spectre, car le parc est tout proche du site de Fukushima.

L’Isla de las Munecas, Mexique

Il est de coutume, en cas de décès par accident, de déposer des fleurs, des peluches ou autres témoignages d’affection sur les lieux du drame. C’est donc tout naturellement que Don Julian Santana Barrera, unique occupant d’une toute petite île d’Amérique Centrale, a voulu rendre hommage à une malheureuse fillette emportée dans l’un des canaux de Xochimilco en suspendant à une branche la poupée de la victime, qu’il avait trouvée flottant peu après le drame.

Et puis quelques temps après, une autre poupée.

Et encore une.

Et ainsi de suite. Pendant cinquante ans. C’est fou comme on se prend au jeu :

Il manque quelque chose… Je sais : une autre poupée !

Le plus flippant, c’est que certains touristes jurent avoir retrouvé certaines de ces poupées chez eux en rentrant de voyage.

Non je rigole. Mais en toute logique, ça semblerait l’étape suivante.

Au fait, je suis désolé pour votre santé mentale, peut-être auriez-vous dû lire l’article en plusieurs fois.

Si jamais, l’Isla de las Munecas veut dire « l’île des poupées ». Vous ne l’aviez pas vue venir celle-là hein ?

Une dernière, parce que c’est tellement joli

On va faire un break, qu’on mettra à profit pour regarder des photos de bébés avec des fleurs, relire la bibliothèque rose ou encore revoir un ou deux Laurel et Hardy. Nous reviendrons probablement sur le sujet à une autre occasion, car j’ai encore bien des endroits à vous faire découvrir, avec plus de fantômes, d’ossements, de tragédies, d’animaux fous et bien sûr, comme il se doit, un nazi. Restez à l’écoute.

Sources : Cracked.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s