Manivelle : le retour

Publié: 23 avril 2014 dans Histoire

Comme se plaisent à nous le rappeler nos quotidiens, nous vivons dans un monde horrible, gangréné par tant de violence que nous sommes de plus en plus réduits à nous exclamer que c’était mieux avant. Face à ce problème entièrement nouveau, nous sommes démunis, impuissants. Courbant l’échine devant la ruine du monde, nous jalousons ceux qui, avant nous, ont connu l’euphorie des belles années, et souhaiterions remonter le temps d’un siècle pour y rencontrer nos ancêtres et leur dire qu’ils ont eu de la chance, eux.

À l’image : des gens chanceux.

Car oui, nous nous sentons impuissants. Peut-être parce que nous n’avons jamais vraiment eu à faire face à des situations de violence dans le passé de notre espèce, les jeux vidéo étant encore relativement récents dans l’histoire humaine ; peut-être aussi parce que ceux qui nous veulent du mal sont plus intelligents, mieux organisés et beaucoup plus forts que nous, ainsi qu’en témoigne ce village français aujourd’hui entièrement sous le joug d’un enfant de huit ans.

Démunis je vous dis.

Aussi, lorsque nous entendons parler d’une bonne action quelque part dans le monde, c’est comme si le barrage de haine et de méfiance que nous entretenons tous au fond de nos âmes pour nous protéger du tumulte se brisait, et que tout l’amour que nous étouffons se répandait dans les plaines desséchées de notre foi en l’avenir. Inondés de soleil et d’espoir, nous regardons Dieu en face, les yeux baignés de larmes, et notre gratitude n’a pas de fin.

Enfin si : lorsque ladite bonne action se retourne contre celui qui l’entreprend ou qui en bénéficie. Parce que ça arrive. On ne répétera jamais assez que nous vivons dans un monde horrible.

En témoignent, outre cette vidéo de bon goût, les deux exemples suivants (et pas plus, parce que je suis à la bourre).

Une église, un chêne et une énorme b**e 

Dixon, Illinois. Un groupe de scientifiques chrétiens prévoyant de bâtir leur église sur un terrain à eux se trouva confronté à un problème : un beau et vénérable chêne se dressait précisément là où la bâtisse devait voir le jour, et la communauté souhaitait préserver l’arbre. Toutefois, ce n’était pas la première fois qu’ils eurent à ménager deux idées que la société actuelle tend à considérer comme contraires, puisque scientifiques chrétiens.

Et en effet, ils surent s’arranger pour ménager la chèvre et le chou en édifiant un bâtiment légèrement incurvé :

Une église qui s’appelle « Christian Science Dixon » et qui cherche à préserver l’environnement ne peut que rencontrer notre sympathie.

Une église qui s’appelle « Christian Science Dixon » et qui cherche à préserver l’environnement ne peut que rencontrer notre sympathie.

Hélas ! Malgré toutes leurs précautions, ces braves gens négligèrent un point, à savoir ce à quoi ressemblerait le bâtiment vu depuis les cieux, autrement dit, vu par Dieu lui-même :

Quel est le point commun entre une bâtisse humaine et un chêne ? C’est les glands ! Rh !

Quel est le point commun entre une bâtisse humaine et un chêne ? C’est les glands ! Rh !

Rappelons que l’église se trouve à Dixon, et que leur devise est… « Rising up ! ». On peut blâmer l’architecte, mais au vu de toutes ces coïncidences, je suis sûr que c’est Dieu lui-même qui a influencé ses idées, parce qu’il y a des blagues qu’on ne peut pas laisser passer, même quand on est tout puissant.

La réaction de l’église ? Selon leur page Facebook, ils prévoient l’édification d’une feuille de vigne géante. Quand il y a de l’humour de tous les côtés, qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Une société minière présente un mea culpa en béton

En Australie, un parc national pourvu de nombreuses espèces protégées subit d’importants dégâts suite à l’exploitation non loin de mines de la société Glencore Xstrata ; des failles et des craquelures importantes apparurent dans la réserve naturelle, générant de conséquents problèmes environnementaux et déclenchant l’ire de la population.

Protection de l'environnement + exploitation minière

Protection de l’environnement + exploitation minière

On trouverait logique que le CEO d’une société qui s’appelle « Glencore Xstrata » soit plus occupé à chercher un moyen de tuer James Bond qu’à régler des problèmes écologiques, mais la compagnie promit instantanément de faire l’impossible pour réparer leurs dégâts.

Et en l’occurrence, l’impossible prit la forme de 12 camions trimballant quelque 180 tonnes de béton, qu’on déversa à gros goulot dans les failles afin de solidifier tout le bazar et de prévenir d’autres glissements de terrain.

Bien sûr, cela n’a pas marché. Du tout. Je n’ai rien d’un expert, mais objectivement je ne sais vraiment pas par quel miracle leur stratagème aurait pu fonctionner. Donc le béton, lequel, pour rappel, n’est pas une entité de Bien et de Vie née du sein de Gaïa cherchant d’instinct les lieux où se lover pour guérir la Nature, coula bêtement là où on lui dit de couler, non sans déborder un peu, ressortant de-ci de-là…

Un peu partout en fait… 180 tonnes…

Un peu partout en fait… 180 tonnes…

allant jusqu’à bétonner presque totalement un long segment de la pauvre rivière du parc, aujourd’hui solide comme, ben, un roc.

Et ce n’est que la surface. Le ministre de l’environnement australien n’a pas manqué de réclamer réparation, mais soyons logiques : ils ont d’abord asséché la zone, puis l’ont bétonnée en tentant de réparer… Ne serait-il pas plus pertinent d’arrêter les frais, avant qu’ils n’y foutent le feu une fois pour toutes où qu’ils trouvent un moyen pas cher de l’irradier ?

Publicités
commentaires
  1. Timetraveler dit :

    Dieu ne joue pas aux dés, mais il s’amuse bien quand même !

  2. labo80 dit :

    Il faut dire qu’on l’aide bien à se divertir. Tant mieux, parce que je ne vois pas l’intérêt de jouer aux dés quand on a inventé le hasard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s